DU THEATRE ?

Rapport moral du président de l'association
-- assemblée générale 2020 --


« Ne pas avoir peur de réfléchir, de s’exprimer, de se tromper et d’inventer, de résister par l’humour, de se faire entendre comme on est, en se projetant en avant, revendiquer, examiner les concepts, discuter. Une belle manière par le théâtre de décortiquer le politique, l’économique, le réel, le soi et l’Autre, les désirs et les obligations. Ne pas avoir peur de ne pas tout comprendre, savoir s’allier contre des alliances qui s’imposent, innover, choisir la candeur et l’humour. Réfléchir par soi-même, y croire. La joie de jouer, de parler, de se projeter dans l’avenir, de démonter les structures du présent, de se jeter dans la mêlée par conviction, par espoir, même si tout n’est pas au point pour constituer une résistance, une force de proposition, ne pas hésiter à se lancer dans la mêlée pour entendre sa voie, mais sera-t-elle seulement entendue? Oser la réflexion, ne pas croire que la pensée est dans la seule de tête de l’autre, elle n’y est peut-être pas… en fin de compte des questions émergent dans la tête du spectateur qui ainsi prend part à la mise en discussion proposée, pourquoi est-il essentiel de participer au débat, s’y faire entendre, réfléchir par soit même et peut-être se tromper aussi, se mettre en perspective. »


Voilà, de larges passages parus dans la presse à l’occasion d’un spectacle diffusé cet hiver par le TNS, celui de Strasbourg. Un article dans lequel je me reconnais pleinement, qui me semble correspondre à notre modeste TNS à nous, à notre engagement tout au long de l’année passée, de tous et toutes, tant l’équipe des adultes, que les ateliers en direction des plus jeunes. Une réaffirmation de notre refus à l’infantilisation généralisée des loisirs, avec une pratique artistique, même amateur, où jeunes, plus âgés, voire très âgés qui, dans un répertoire en phase avec son temps et son espace, trouvent un réel plaisir partagé, une joyeuse volonté d’en découdre encore et toujours. Une bien modeste démarche donc, mais comme dirait A. MOUCHKINE, créatrice du magnifique Théâtre du Soleil, une référence, mais surtout une utopie, qui dure depuis…. 50ans, et que je me permets de citer ce soir: les tutelles ne veulent que de grands arbres bien taillés et facile à contrôler, pas les petites herbes dont on ne sait que faire, pourtant c’est cette pousse-là qui est importante. 


Notre TNS une petite et mauvaise herbe cantonale, du chiendent diront certains, une variété que nous assumons pleinement, et revendiquons. Reconnu essentiellement par delà la frontière villageoise, des associations partageant des valeurs citoyennes communes nous invitent régulièrement. Grand merci à eux, qui sur place, se mobilisent, s’engagent et déplacent un public nombreux et curieux. Preuve que notre posture citoyenne, contrairement aux discours et affirmations dominants et convenus, est viable, stimulant, mais par cette liberté d’action et ses nouvelles possibilités d’échanges nous enrichissent, même financièrement (notre trésorier confirmera tout à l’heure!) et de re-citer ici A.MNOUCHKINE : affirmer le désir du théâtre en dehors de structures institutionnelles, d’échapper aux labels, aux formats, aux modèles économiques contres lesquels certains peuples se révoltent. La future création des adultes, nous y reviendrons dans nos projets, « Le ciel est à tous » devrait confirmer ces propos mais, plus difficilement, sur les planches. A noter que, jusqu’à ce jour, toute l’équipe semble s’atteler à ce texte exigeant avec une réjouissante conviction, dans une communicative énergie, un plaisir collectif de jouer, et impatient de se faire entendre, d’en découdre! Avec un TNS toujours fort d’une quinzaine d’adultes révoltés peut-être, des citoyens qui s’interrogent, et qui s’engagent, osent encore prendre des risques? 


Que dire des jeunes et ados de nos ateliers au succès, à l’engouement toujours intact, malgré une année un petit peu chaotique, nous y reviendrons tout à l’heure. En tous cas, cet engouement reflèterait-il le malaise de notre société? C’est bien difficile à dire, mais, au Théâtre on finit forcement par se poser des questions sur le sens de a vie, de l’action politique. Un lieu de parole singulier qui leur offre, la possibilité de valoriser des émotions négatives comme la haine, la colère, la tristesse, de parler de la mort, de suicide. C’est parfois difficilement accepté par les adultes car cela va à l’encontre du regard qu’ils portent sur la jeunesse. Et pourtant une concordance intrinsèque entre l’adolescence et le théâtre est évidente. Par ailleurs, le TNS depuis sa création, est membre de la FDTA du Ht-Rhin, lieu de rencontre de diverses troupes du département. Elle semble accepter cette dérive d’un théâtre peu exigeant, simplement divertissant et dont votre serviteur, vice pdt, s’inquiète et le fait savoir, parfois énergiquement. 


Un théâtre amateur peut et se doit de refuser de s’enfermer sur lui même, accepter d’être un dérivatif social inoffensif, participant ainsi au déclin de l’éducation populaire devenu consumériste d’activités sans réflexion citoyenne, ni esprit critique. Un Théâtre Amateur où il est possible de surmonter la faiblesse que l’on croit être sienne…lorsque l’éducation populaire, concept devenu un gros mot, reprend tout son sens…


Jean-Pierre ANGER Président de l'association du Theatre National du Secateur -TNS-


Vidéo & Morceaux choisis : A.Mnouchkine / O.Neveux



Le TNS dans la presse déchaînée depuis 2010 :DNA & L'Alsace


[...] Les acteurs, fortement impliqués, évoluent dans un décor minimaliste, auprès d’un public séduit par le ton, la justesse des mots et la qualité de l’interprétation. Des acteurs talentueux donnant le meilleurs d’eux-mêmes…les personnages distillant avec délicatesse une réalité qui nous entoure… Avec un bel esprit d’aventure,…un spectacle bourré de vitamines et de fraicheur entrecoupé de beaux intermèdes musicaux, distillés avec humour, charme et poésie.. Un spectacle à voir et revoir pétillant de subtilité et de fraîcheur…


Fantaisies potagères et Quoiqu’il arrive avait déchaîné les foules lors des soirées passées… …en fin de spectacle, tous les légumes firent danser les spectateurs ravis, au son de la guitare.. ce fut pendant une bonne heure un beau moment de poésie et d’humour…


Le TNS au top de son art… Le résultat qui allait être à la hauteur de leurs qualités artistiques, des rôles qui leur seyaient à merveille… emprunts d’une incroyable vitalité… La chance d’assister à une représentation théâtrale du TNS ouvrira toujours la porte à la curiosité, la sensibilité ou la réflexion avec une forte dose d’émotion. Nul doute, à peine franchi le porche, le monde change, le monde se colore d’une remarquable palette multicolore garni de cette magie du verbe, d’un soupçon de poésie et d’un immense talent. JP ANGER sait dors et déjà qu’il suscitera bon nombre d’interrogations parmi ses fidèles détracteurs. Peu importe, il démontre ici qu’une interprétation satirique d’un monde en perdition peut à la fois faire réfléchir, mais surtout inquiéter… des acteurs au mieux de leur forme. Fidèle à son image, le TNS met une fois encore le doigt là où ça fait mal. Quelques pistes qu’une astucieuse mise en scène esquisse; Une fable contemporaine, troublante… dans ce travail une déroutante vision, une vérité troublante que la talentueuse troupe a su mettre en avant… Jean-Pierre ANGER exigeant et obtenant la perfection, chose rare dans une troupe non-professionnelle 


Un triomphe pour la troupe du TNS. S’entourant d’une troupe de comédiens hors pairs, JP Anger véhicule un message d’une cruelle vérité, loin de la pensée formatée, il donne au théâtre amateur la liberté de crier les choses, d’ouvrir un espace loin de toute censure. Le jeu des acteurs est parfois un peu appuyé, un peu détaché, mais constitue néanmoins une belle performance. Une quête de lumière symbole de vie et d’espoir.


Une troupe enthousiaste et plus que jamais offre le meilleur d’elle même pour présenter avec force et humanité la quintessence de son art… des personnages incarnés par huit acteurs emplis de tendresse sous-jacente, mais non exprimée…Les diverse petites scènes s’enchaînent, sans temps morts, tant elles sont cohérentes touchantes et emplies d’amour. Un théâtre différent, une mise en scène originale et pointue; C’est une vraie leçon de théâtre que nous donne cette troupe de comédiens amateurs convaincus. Les ados du TNS : de beaux tempéraments d’acteurs : ils ont mis le feux lors des représentations. Un très beau moment théâtral comme le propose si souvent le TNS : des instants de rêve où le temps semble comme figé, emportant le spectateur une sorte de no-mans-land culturel où tout semble possible.